Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Oh my god I am a Swede

Le conflit

30 Mai 2014, 09:57am

Publié par Diane

Le conflit est quelques choses que les suédois évitent le plus possible. Cela me convient très bien, de nature pacifiste je déteste batailler, et je préfère le compromis. Cependant, les suédois sont à un niveau supérieur, tellement loin que des fois, j’ai envie de massacrer une dizaine de chiots nouveau-nés. Voyez plutôt :

Il y a peu de temps, j’ai effectué un gros ménage de printemps dans ma penderie car oui ici aussi on change de saison, il fait d’ailleurs tellement chaud – je n’ai pas assez de t-shirt, ou trop de vieillerie. Je décide de donner le surplus à la croix rouge, ou autre association. Après un cours de suédois, je demande à Annika, ma professeur, d’en parler autour d’elle, peut-être des professeurs participe déjà à une association pour les immigrés, où je peux refiler mes fringues. Incompréhension, elle me comprend mal, et pense que je lui suggère de demander à d’autre gens de ma classe – des immigrés comme moi, donc, mais qui rappelons le, fuient la guerre, la misère, et n’ont peut-être même pas assez de sous pour s’habiller eux-mêmes.

Elle m’a rétorqué un mot très suédois, que l’on peut traduire par « noui » : il s’agit de « Njia », soit la compilation de « Nej » + « Ja », non et oui. Il faut le prononcer comme un chat qui miaule. Cela exprime le fait qu’on ne partage pas trop les idées de l’autre, ou actes, mais en contrepartie on n’a pas trop envie d’argumenter, de dire fermement qu’on n’est pas d’accord.

A ce moment-là, je comprends qu’elle m’a mal comprise, et je décide de pousser le vice plus loin, en persistant dans le malentendu, et la pousser à dire un « non » catégorique, « Diane t’es malade ou quoi je peux pas demander à des gens qui ont besoin d’aide de donner des fringues. » Elle était incapable de dire pourquoi elle n’était pas d’accord, comme si ça allait lui brûler la langue. J’ai donc enfoncé le clou.

S’en suit le dialogue le plus triste de toute ma vie.

  • Tu sais Annika je veux juste aider, peut-être beaucoup de gens ne veulent plus porter de vêtements, je souhaite aider ce qui ont besoin de vêtements.
  • Njia, mais tu sais chez moi, j’ai une boîte de chaussure qui traîne car ça fait des années que je me dis qu’il faut que je donne aha ! (Tactique de détournement)
  • Mais Annika, les gens ont en besoin maintenant ! Si tu faisais juste une annonce dans la classe ça aiderait.
  • Njia, mais là il est tard, parce que tu vois tous tes camardes partent déjà, et puis bon je ne sais pas si eux-mêmes enfin tu vois il est tard aha allez va. (Tactique du « t’as rien vu mais je t’embrouille à mort là »)
  • Bon bah Annika je vais demander à l’autre professeur Gunilla, elle m’aidera c’est sûr.
  • Njia, oui fais ça ! C’est une bonne idée moi je n’ai pas le temps de m’occuper de ça tu vois j’ai des petits-fils qui m’attendent à la sortie de l’école. (Tactique du « ah finalement cette gosse de riche me lâche la grappe. »)

Après ça, j’ai bien sûr éclaircie le malentendu car je voyais qu’elle était très mal à l’aise, et comme je passe plus de la moitié de la semaine en sa compagnie, je ne souhaitais pas qu’elle me voie comme une fille sans tact ou autre.

Bref, les suédois sont pacifistes, mais des fois, un peu trop, et ça peut provoquer conflit malgré eux.

Commenter cet article