Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Oh my god I am a Swede

Saoulée

24 Février 2014, 16:47pm

Le sujet de l'alcool est quelque chose de très contrôlé en Suède.

Alcohol is controlled in Sweden.

L'addition s'il vous plaît? Il faut savoir que l'alcool en Suède est ultra cher, partout, dans les bars, les restaurants, et les magasins. Même si l'ivresse est là, le résultat est un portefeuille vide criant famine. J'ai par exemple goûté le vin le plus cher à Stockholm, à 13 euros le verre (un des moins chers sur la carte). Un des amis de Joakim m’a demandé sur le coup pourquoi je rigolais, était-ce à cause du bouchon qui était dévissable ? Non, non j’ai juste acheté le verre de vin le plus cher de ma vie. J’ai aussi payé ma tournée la plus incroyablement salée, environ 22 euros pour trois bières dans un simple bar de Karlstad. C’est dû aux taxes très élevées principalement, car comme je l’expliquerais plus tard, le gouvernement n’aime pas trop que les suédois boivent de l’alcool. C’est là qu’intervient l’importance des frontières : Cela revient moins cher pour les Suédois d’aller en Allemagne, acheter de l’alcool, et revenir. Cela comprend un trajet en voiture de la Suède jusqu’au Danemark, à Rodby, prendre un ferry (avec la voiture), arriver à Puttgarden, Allemagne, acheter le plus d’alcool possible aux « borders shop », et repartir tranquillement. Ce voyage représente un sacré investissement, 733 km (juste un aller, soit 1466 km aller/retour) mais est toujours moins cher que d’acheter en Suède, en bas de ton immeuble. Ça fait un aller/retour Paris Montpellier, juste pour acheter des binchs. Les suédois vont au Danemark, les Danois vont en Allemagne, et les Norvégiens vont en Suède (c’est pour dire comment la Norvège est ultra chère.)

Can we have the bill please? Alcohol in Sweden is very, very expensive everywhere: In the bar, restaurant, shops. Even if drunkenness is the same, you have to add a painful and empty wallet to the result. I had for instance the most expensive glass of wine in Stockholm, for approx. 13 euros the glass, and it was one of the cheapest. A Joakim’s friend asked me why I laughed, was it because of the screw cork? No, it is because I just bought the most expensive glass of wine in my life. I also paid 3 beers that cost an arm and a leg, 22 euros in a little bar of Karlstad. It is because of high taxes especially, because as I will explain later, Swedish government doesn’t like that Swede drink too much. There is the importance of border. It is less expensive for Swedes to go to Germany, buy alcohol, and come back. It means: take the car until Danmark, Rodby, then take the ferry (with the car) till Puttgarden, Germany, buy the most of alcohol in border shops and then come back to Sweden. It is a 733 km trip –just one way, back and forth is 1466km – and this to buy booze. Swedish are going to Denmark, Danish are going to Germany, and Norwegians are going to Sweden. Poor Norwegians!

Travel between Montpellier and Paris corespond to Swedish booze road - Le trajet Paris Montpellier correspond à la route de l'alcool suédoise

Travel between Montpellier and Paris corespond to Swedish booze road - Le trajet Paris Montpellier correspond à la route de l'alcool suédoise

Un air de 1984: Ça ne se trouve pas partout non plus, hors de question de vendre des boissons à plus de 3,5°dans un magasin normal, ce sont des bières appelées Lättöl. Il n’y a donc aucun moyen d’avoir un cubi de Merlot chez Liddl ici... Pour avoir des boissons alcoolisées plus fortes, il faut se rendre dans un magasin spécialisé contrôlé par l'état: Le Systembolaget. Ce nom barbare désigne donc le seul magasin où on peut acheter ce liquide qui nous rend gai. On te demandera dans ce systembolaget ta carte d’identité, constamment, même si tu as l'air d'avoir plus de 20 ans. Une bonne occasion de se sentir plus jeunes mesdames. Car l'âge légal diffère, lorsqu'en France l'âge légal pour consommer et acheter, en Suède à 18 ans il est possible de consommer dans un bar, mais pour acheter dans un monopole d’Etat, il faut atteindre 20 ans. Il n'y a aucun moyen de gratter là, le gouvernement c'est le Big Brother de l'alcool. Sinon, les bars sont autorisés à vendre de l’alcool, à condition de servir à manger. Pourquoi ? Cette règle existe car le bar doit être apte à fournir de la nourriture pour ses clients, qui des fois ils sont venus picoler à jeun. Cependant pour la contourner, les plats proposés dans les bars sont généralement hors de prix.

It is like a feeling of 1984. We don’t find alcohol everywhere; there is no way a “normal shop” sells more than 3.5° alcool beer (we call them the Lättöl). No way to have a cheap box of red wine in Lidl here. To have alcohol, we need to go to a special shop, which is Systembolaget. It is a weird name for the only shop where you can buy these liquids. We will always ask you your ID card there, and yes, ladies, we really feel young when even at 25 years old, they are still asking for a birth proof. Because in France, we can consume (and drink) at 18, in Sweden, even at 18 years old you’re allowed to drink alcohol (but only in bars), you need to be 20 years old to buy at the shop. There is not a possibility to cheat; it is like Alcohol Big Brother. So, yes bars sells alcohol, expensive one, but they must suggest as well some meal, if some people decide to be stupid and not eat before drink. 

Un Systembolaget

Un Systembolaget

 

Impossible de ne pas respecter la loi. Je viens de demander à Joakim ce qu’il se passe si jamais on trouvait des moins de 20 ans acheter de l’alcool dans les systembolaget. Il m’a répondu, un peu interloqué, mais hein ? Comment ? Cette question devrait pas exister, c’est impossible, on ne peut pas ! « Oui mais si jamais » « non, non ce n’est pas possible je ne comprends pas ta question qui n’a pas lieu d’être ». Ok... C’est tellement impossible de tricher que cela semble illogique pour Joakim.

It is impossible to cheat so. I just asked Joakim, yes but if we can, what happened? “If we can what?” “Whell if a under 20 years old succeed to buy alcohol in Systembolaget, what happen?” “What? No it is impossible, I don’t understand this question.” “Just tell me what happen to the guy who do something he is not supposed to do?” “No no it is impossible, this question isn’t right.” Ok… That means it is so impossible that is feels illogical to Swede.

 

Quand est ce qu'on boit de l'alcool? Eh bah pas souvent ! Déjà que son prix rebute la plupart des adeptes de l’ivresse, il faut savoir que l’alcool ne fait pas partie du quotidien des suédois. En France il est d’usage pendant le weekend end, ou pour des occasions ou juste comme ça de boire du vin à table, parce que un verre de vin rouge c’est pas mal avec la viande, et puis bon on est le pays du vin et tout. En Suède, c’est dans les mœurs, ça a été pendant longtemps un sujet tabou. Au début du 20ème siècle, la consommation d’alcool fort et d’eau de vie a été multipliée, et un mouvement d’abstention d’environ 350 000 adhérents exigea la prohibition totale de l’alcool dans le royaume de Suède. Le médecin et conseiller municipal de Stockholm, Ivan Bratt (sexy) mit en place le contrôle de l’Etat sur l’alcool, et le système Bratt naquit. A la fin de la seconde guerre mondiale, le système Bratt fut mis à mal par un désir de consommation spécifique à cette période. Cependant Big Brother voulu maintenir les taxes très élevées. Ces raisons ont données ce caractère tabou aux boissons alcoolisées, je le perçois comme un synonyme de luxe, de quelque chose que l’on se permet vraiment de « temps en temps ». D’autre part, l’alcool au volant est un fléau dans tous les pays bien sûr, et extrêmement contrôlée donc en Suède. Après une petite soirée arrosée à Stockholm, David un suédois de Karlstad, se demandait : « Est-ce que je peux conduire la voiture ? Nah, on va prendre le métro, c’est plus sûr. » Alors qu’environ 12 heures s’étaient écoulées. Alors qu’il n’avait bu que 3 verres. Cela change radicalement de « allez une p’tite bière » de France. Lorsque je pense à notre cher Sam, celui qui ne conduit pas, il n’est pas aussi héroïque que la moitié des suédois.

When do we drink alcohol? Well well, not that often! Price is way too high, and alcohol isn’t in the Swede daily life. In France, we drink during weekend for instance, or for some occasions, because a red wine glass is quiet ok with meat, and we are wine country and everything. But in Sweden, it is deep in the habits. At the beginning of the 20th century, consummation of alcohol was too high so some people said that it should be prohibited. Stockholm doctor (and municipal councilor) Ivan Bratt (hello sexy) put alcohol under state control, it was the Bratt System. At the end of Second World War, with the desire of consumption that fit this period, Bratt System went done, but Swedish government still wanted to control this dangerous substance. It gives a no daily life to alcohol, and when I am in Sweden now I feel like it is a luxurious product, that we really taste for its value, something that we only get times to times. On another hand, drunk driver is a disaster in a lot of country. After a couple of drinks (like maybe three beers), twelve hours before, David (a Joakim’s friend) was still asking to himself: Should I drive or not today? In France we have a government initiative, which is everyone who is going to party if they get home with a car needs a Sam: Sam is the guy who doesn’t drink because he drives, he is the party hero kind of. Well compare to Swedish behavior, Sam seems a bit weak.

 

Qu’est-ce qu’on boit ? Eh bien de tout, même si l’alcool-qui-vient-de-Suède, c’est bien sûr l’Absolut Vodka, de Åhus, dans le Sud de la Suède. Même que j’ai vu son musée (Située, de manière hasardeuse, à Stockholm). Le cidre est quelque chose de connu dans le monde, (d’après Joakim, qui vient de me l’annoncer le sourire aux lèvres. Je fais semblant de connaître car il a l’air tellement heureux...) le Rekoderlig. Il y a aussi les petits producteurs dans le nord de la Suède, limite ceux qu’on trouve aux lisières des forets avec les lettres « XXX » sur la bouteille. Bon les trucs chouettes c’est qu’il y a beaucoup de bière, beaucoup de choix surtout dans les cidres, et le marketing est vraiment différent qu’en France. Pour ma part, le marketing français c’est surtout lorsqu’on parle d’histoire, de patrimoine, d’un château, ou d’une région, la tradition etc... Le marketing suédois, c’est choisir le produit grâce à l’œil, qui est attiré par l’image, la forme de la bouteille, la couleur... C’est des couleurs vives, c’est des paillettes dans le cidre (édition limitée de Noël)... Beaucoup de nouveauté, par saison.

So what do we drink in Sweden? A bit of everything, even the alcohol-that-come-from-Sweden is of course the Absolut Vodka, that is produce in Åhus, in south of Sweden. I even see its museum (that is randomly place in Stockholm). There is also the Cider Rekorderlig. For this one I have to admit I asked to Joakim “famous alcohol”, and he came up with that one. I have of course no idea about what is it, but he seems so happy with this answer that it broke my heart to say “no sweety, I don’t know that one…” Finally, Joakim added with a smile, there is the homemade, which is frequent in the north of Sweden; the one that you expect to have the letters “XXX” on the bottle…The good thing is that there is a lot of choice and especially season choice, marketing is very different than what I know. For me, French marketing is something about history, about heritage, a castle maybe, a French area, or tradition. In Sweden I could see that it is more color block, product is chosen thanks to the picture, the color, the shape, the glitter inside the cider (limited edition that I would love to buy again), a lot of new choice according to season.

L'absolut Vodka - Stockholm Museum

L'absolut Vodka - Stockholm Museum

Le pauvre Joakim en a subit les conséquences lorsqu’il est venu visiter la France: Oui on goûte, oui on picole, le midi, un petit verre en fin de journée, on appelle l’apéritif, c’est un super combo nourriture/alcool et franchement ça passe crème. Pendant le repas bien sûr, pour accompagner les huîtres, le fromage et le dessert, et puis après un petit digestif, histoire de tout digérer. Je crois que Joakim n’a jamais but autant de sa vie. Il en est d’ailleurs resté comme deux ronds de frite lorsque je l’ai amené à Carrouf (petite visite culturelle du samedi) pour lui faire découvrir le rayon « vins & spiritueux ». J’ai jeté le malheureux dans la caverne d’Ali Baba, avec un mot d’ordre : « choisis ! ». Les bras ballants, il est resté quelques temps dans le rayon, « ce n’est pas cher du tout ! Et y a tellement de choix ! Et ça brille ! ». Le coup de grâce a été cet été lorsque nous avons fait une petite partie de la route des vins dans le Val de Loire (Inutile de dire que j’ai finie ivre et hilare), comme Joakim conduisait, il a demandé à cracher le vin quelque part, le goûter « pour de vrai » quoi. Tous les producteurs se sont interrogés, insurgés, comment ! Cracher le vin ! « Bah oui je conduis. » La réponse des producteurs fait sourire doucement : « Et alors ? »

 

 

Poor Joakim gets the consequences of a high control of alcohol when he when to visit me in France. Because yes in France we taste, yes we drink alcohol at lunch, during the afternoon, at the end of the afternoon with some food (it is called aperitif and it is my favorite time of the day). We drink alcohol during dinner of course, to join oyster, cheese and dessert, and after dinner so it helps digestion. I guess that Joakim never drink that much in his life. He was totally amazed by the way about our “wine and spirits” area in the supermarket. I throw the poor Joakim in Alibaba’s cave, with one rule: Just choose! He stayed a while there, keep saying “it is so cheap, it is so much choice, it is so bright!” But the coup de grace was the wine road this summer. During one day, we visited some wine yards to taste some nice white and dry wine. I, of course, ended drunk as fuck, while Joakim was driving (that means he couldn’t actually drink the wine). So he asked to several producers, “Can I have please a cup to spite?” Producers questioned insurgents: “Seriously? Spite the whine?” “Yes I am driving.” And producers answered often, very seriously: “So what?”

Rule number one: Never drink AND drive. Better have a drunk girlfriend telling you the right way.

Rule number one: Never drink AND drive. Better have a drunk girlfriend telling you the right way.

Coucou la bière Iron Maiden

Coucou la bière Iron Maiden

Commenter cet article